Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureLife+ Cap DomVisionature
Accueil
 
Les partenaires
Consulter
Actu, aide, stats
 - 
Actualités
 - 
Agenda
  Aide
  Statistiques d'utilisation
Synthèses avifaune
Observatoire Mortalité Routière
Mode d'emploi
Oiseaux
Chauves-souris
Mammifères terrestres
Mammifères marins
Reptiles
Amphibiens
Odonates
Règles à respecter
Le programme LIFE+ CAPDOM
 
Contacts
Les liens

Actualités
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 418
 
dimanche 27 septembre 2020
Oiseaux
Une nouvelle espèce d’oiseau pour la Guyane
posté par Olivier Claessens/gepog
 
samedi 19 septembre 2020
Oiseaux
Où passent donc les Petits Chevaliers ?
posté par Olivier Claessens/gepog
 
mercredi 16 septembre 2020
Mammifères
On cherche encore des tatous !
posté par Olivier Claessens/gepog
 
samedi 12 septembre 2020
Oiseaux
Septembre : le chassé-croisé des hirondelles

Sur la carte des migrations d'oiseaux américains, la Guyane occupe une place privilégiée : par sa position géographique, elle accueille aussi bien des migrateurs venus du Nord, comme les limicoles ou les parulines nord-américaines, que des migrateurs venus du Sud, comme le Coulicou de Vieillot ou le Tyran des savanes. Ayant des calendriers de reproduction inversés pour s'adapter au rythme des saisons dans leur hémisphère respectif, ces deux catégories de migrateurs qui viennent passer la mauvaise saison sous les tropiques vont se croiser en Guyane à l'automne, les uns fraîchement arrivés après avoir quitté leurs zones de reproduction boréales, quand les autres s'apprêtent à retourner dans leurs contrées australes pour s'y reproduire à leur tour.

L'affaire se complique quand la même espèce possède une population résidente en Guyane, présente toute l'année, et des populations migratrices originaires du Nord ou du Sud qui se mêlent aux oiseaux locaux pendant une partie de l'année. C'est le cas du Viréo aux yeux rouges (qui possède des populations migratrices en Amérique du Nord), du Tyran mélancolique, ou encore des Hirondelles tapères et chalybées (qui possèdent tous trois des populations migratrices en Amérique du Sud). Concernant ces dernières, des différences subtiles de plumage permettent, quand on les voit de près, de distinguer les migrateurs des oiseaux locaux, ce qui n'est pas le cas pour le tyran ou le viréo.

Cependant, rien n'est simple chez les hirondelles. Deux espèces, l'une, l'Hirondelle noire (Progne subis) habitant l'Amérique du Nord, l'autre, l'Hirondelle gracieuse (Progne elegans) habitant l'Amérique du Sud, choisissent de venir passer la mauvaise saison dans notre région, à tour de rôle. En juillet, une hirondelle entièrement noire a toutes les chances d'être une Hirondelle gracieuse ; en janvier, il y a fort à parier qu'il s'agisse d'une Hirondelle noire. Mais à l'inter-saison, les deux espèces peuvent théoriquement se rencontrer sous nos latitudes. Et quasiment rien ne permet de les distinguer avec certitude. Un vrai casse-tête pour les observateurs… et pour les membres du Comité d'homologation de Guyane (CHG) qui a la tâche de faire le tri parmi les données.

Deux autres espèces très rares dont l'aire d'hivernage est encore inconnue viennent peut-être s'inviter dans la danse : l'Hirondelle à ventre blanc (Progne dominicensis), des Antilles, et l'Hirondelle de Cuba (Progne cryptoleuca). Une fois leur nidification terminée, on ne sait quasiment rien d'elles.

Avec l'Hirondelle rustique (Hirundo rustica) au moins, les choses semblaient claires : se reproduisant en Amérique du Nord, ses populations survolent la Guyane à l'automne pour rallier leurs quartiers d'hiver situés dans le sud du continent. Elles repassent en mars-avril, sur le chemin du retour. C'est même l'une des rares espèces dont on peut observer en Guyane la migration active, qui se déroule exclusivement le jour. Du moins, c'était clair… jusqu'à ce que quelques individus décident de s'installer en Argentine et d'y fonder une population aujourd'hui florissante, dont les routes de migration se sont inversées et qui sont susceptibles de séjourner en Guyane durant l'hiver austral (voir l'actualité du 7/06/2020). Dès lors, les Hirondelles rustiques que l'on observe en août et septembre sont-elles des individus du Nord, en route vers leurs quartiers d'hiver, ou des individus argentins (beaucoup moins nombreux), qui repartent chez eux ?

Une hirondelle en Guyane ne fait pas forcément le printemps !

Olivier Claessens

 

Hirondelle gracieuse (Progne elegans), Guatemala, 18/09/2019 © M. Giraud-Audine

posté par Olivier Claessens/gepog
 
samedi 5 septembre 2020
Oiseaux
La photo du mois d'août
posté par Olivier Claessens/gepog
 
dimanche 30 août 2020
NaturaList : pensez aux cartes hors-ligne !
posté par Olivier Claessens/gepog
 
dimanche 16 août 2020
Oiseaux
Enquête Tyranneau barbu
posté par Olivier Claessens/gepog
 
dimanche 9 août 2020
Oiseaux
Le Milan bleuâtre, un rapace migrateur ?
posté par Olivier Claessens/gepog
 
mardi 4 août 2020
Mammifères
La photo du mois de juillet
posté par Olivier Claessens/gepog
 
samedi 25 juillet 2020
Odonates
Les Argia de Guyane
posté par Olivier Claessens/gepog
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 418

GEPOG : 431 route d'Attila Cabassou, 97354 Rémire-Montjoly / 05.94.29.46.96 / association@gepog.org «VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune»
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2020