Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureLife+ Cap DomVisionature
Accueil
 
Les partenaires
Consulter
Actu, aide, stats
 - 
Actualités
 - 
Agenda
  Aide
  Statistiques d'utilisation
Synthèses avifaune
Observatoire Mortalité Routière
Mode d'emploi
Oiseaux
Chauves-souris
Mammifères terrestres
Mammifères marins
Reptiles
Amphibiens
Odonates
Règles à respecter
Le programme LIFE+ CAPDOM
Les liens

Actualités
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 261
 
mercredi 14 février 2018
Mammifères
Tatous : avis de recherche

Roxane Schaub continue son étude sur les tatous et leurs maladies, à l’institut Pasteur. Le matériel est rare, aussi, si vous trouvez un tatou mort sur la route, ayez le réflexe de l’appeler sans tarder ! Pour cela, mettez son numéro dans votre répertoire téléphonique : 06 94 31 89 66. Et bien sûr, n’oubliez pas de signaler votre découverte sur Faune-Guyane !

Merci pour votre contribution.

 

Olivier Claessens et Roxane Schaub

posté par Olivier Claessens/gepog
 
mercredi 7 février 2018
Phasmes
NOUVEAU : les Phasmes font leur entrée sur Faune-Guyane !

La famille Faune-Guyane continue de s’agrandir :

A partir de ce jour les Phasmes font leur entrée sur Faune-Guyane, sous la responsabilité de l’association ASPER qui rejoint donc les partenaires du GEPOG au sein du Comité de Pilotage. Elle y sera représentée par Toni Jourdan.

Une cinquantaine d’espèces de phasmes ont été répertoriées en Guyane, et d’autres sont en cours de description. Les représentants d’ASPER mettront prochainement à votre disposition des outils d’aide à l’identification et assureront la validation des données. Comme pour les libellules, des photos seront obligatoires pour chaque donnée saisie.

Phasmes, Odonates : deux raisons de plus de contribuer à Faune-Guyane.

Bonnes observations, et surtout bonne saisie sur Faune-Guyane !

Olivier Claessens

posté par Olivier Claessens/gepog
 
dimanche 4 février 2018
Odonates
Les Odonates ouverts à tous sur Faune-Guyane !

Depuis 2014, vous avez la possibilité de saisir sur Faune-Guyane vos observations de libellules. Vous deviez toutefois pour cela vous signaler auprès d’un administrateur de la base pour avoir accès à ce groupe taxonomique. Cette période transitoire était nécessaire pour s’assurer que le taux d’erreurs n’était pas trop élevé et que la validation des données se faisait correctement.

Depuis le 31 janvier, les Odonates sont désormais accessibles à tous !

N’hésitez plus à signaler vos observations et à consulter les données et la galerie de photos de Faune-Guyane. Seule condition : sauf exceptions, les données saisies doivent impérativement être accompagnées de photos permettant de vérifier l’identité de la bête.

Le meilleur outil d’aide à l’identification des libellules de Guyane reste à ce jour le site de Denis Gaschignard. En attendant un guide auquel certains travaillent…

Olivier Claessens

 

Zenithoptera fasciata, Eskol le 22/12/2017 © O. Claessens

posté par Olivier Claessens/gepog
 
jeudi 1 février 2018
Consultation multicritères : du nouveau !

Faune-Guyane permet de signaler ses observations, d’archiver ses propres observations, mais aussi de consulter les observations des autres contributeurs. On peut ainsi faire des recherches sur une espèce, voir la liste des espèces observées sur un lieu donné et/ou à une période définie.

Jusqu’à présent, cette « consultation multicritères » était réservée aux personnes ayant fourni au moins 30 observations sur un mois. Pour les autres la consultation était limitée aux 15 derniers jours. L’objectif de cette mesure restrictive était d’une part de promouvoir la saisie de données (initialement limitées aux oiseaux) sur Faune-Guyane à son lancement, d’autre part de favoriser ceux qui contribuaient activement à la base de données. Un échange de bons procédés en quelque sorte : « plus on donne, plus on peut consulter ».

Le Comité de Pilotage de Faune-Guyane, réuni les 9 décembre et  20 janvier derniers, a décidé de supprimer ce quota, suivant ainsi l’exemple de la majorité des sites VisioNature. Désormais, chacun peut accéder librement à l’ensemble de la base et faire les recherches indépendamment de la date et de son niveau de contribution.

Il s’agit d’une mesure importante qui répond à une demande de beaucoup d’observateurs. En effet, s’il est aisé de noter 30 oiseaux dans le mois, il n’en va pas de même pour les autres groupes faunistiques présents sur Faune-Guyane, dont les observations sont plus difficiles et moins fréquentes.

Nous souhaitons ainsi rétablir l’égalité pour tous les naturalistes de Guyane et espérons favoriser ainsi l’arrivée de nouveaux observateurs. Nous espérons également que chacun jouera le jeu en contribuant à l’œuvre collective que constitue Faune-Guyane, en échange de cet accès élargi.

Bonne consultation à tous.

Olivier Claessens, pour Faune-Guyane

 

Polychrus marmoratus, Saint-Laurent-du-Maroni le 25/12/2013 © H. Breton

posté par Olivier Claessens/gepog
 
mercredi 31 janvier 2018
Oiseaux
La photo du mois

Les râles et marouettes sont parmi les oiseaux les plus difficiles à observer. Vivant pour la plupart dans des milieux à végétation dense, extrêmement discrets et furtifs, ils sortent rarement à découvert. De ce fait, ils sont souvent méconnus à tous points de vue.

La Marouette à sourcils blancs (Porzana flaviventer) n’est connue en Guyane que depuis 2005, avec des observations épisodiques à Awala-Yalimapo et dans les rizières de Mana. Sa découverte en février 2017 par Alain Pataud et Bruno Lebrun au marais Leblond aux portes de Cayenne a été une heureuse surprise, permettant à de nombreux observateurs et photographes de faire connaissance avec ce beau rallidé.

Mais le statut de ces oiseaux restait incertain : l’espèce était-elle nicheuse ou seulement de passage en Guyane ?

L’observation par Gil Jacotot de deux poussins au marais Leblond est donc doublement exceptionnelle, en confirmant le statut reproducteur de l’espèce et en apportant des éléments inédits sur sa biologie. Ces photos sont des documents rares qui récompensent l’opiniâtreté de l’observateur, qui aurait pu se contenter de ses observations et photos précédentes de l’adulte.

Olivier Claessens

 

Poussin de Marouette à sourcils blancs (Porzana flaviventer), le 28/01/2018 © G. Jacotot

posté par Olivier Claessens/gepog
 
mardi 23 janvier 2018
Oiseaux
La migration de l’Hirondelle noire

L’Hirondelle noire (Progne subis) est l’un des oiseaux les plus populaires et les plus étudiés sur ses lieux de reproduction en Amérique du Nord. Dès le début du 20ème siècle elle avait presque totalement abandonné les sites de nidification naturels pour adopter les nichoirs artificiels abondamment mis à sa disposition. En revanche, son aire d’hivernage reste étonnamment méconnue.

L’Hirondelle noire a été identifiée avec certitude une seule fois en Guyane : un mâle adulte présent à Kourou les 19 et 21 novembre 2008 (A. Vinot, données homologuées).

Entre 2011 et 2014, 28 individus ont été équipés de balises GPS sur leurs lieux de reproduction en Pennsylvanie par la Purple Martin Conservation Association. Une vidéo sur Internet montre de manière spectaculaire leurs migrations jusqu’en Amazonie où elles ont passé l’hiver, et leur retour vers leur région d’origine.

Cette vidéo est riche de surprises et d’enseignements à toutes les étapes du cycle. On y découvre notamment de fréquents épisodes de rétro-migration, un erratisme hivernal pour plusieurs individus, un surprenant glissement vers le sud juste avant la remontée printanière, une vitesse de migration stupéfiante de la part de certains oiseaux notamment lors de la migration prénuptiale. Et au moins l’un d’eux est passé en Guyane avant de remonter vers le nord…

Olivier Claessens

sur une info d’Olivier Tostain

(voir la vidéo) Dance of the Migrating Martins

Hirondelle noire (Progne subis) (source Wikipedia)

posté par Olivier Claessens/gepog
 
lundi 15 janvier 2018
Oiseaux
En 2018, faites des listes !

Pour saisir vos observations sur Faune-Guyane, trois options s’offrent à vous :

http://files.biolovision.net/www.faune-guyane.fr/userfiles/Documentsdivers/modedemploi/pictosaisieLD.gif- la saisie sur le lieu-dit : peu précise, à éviter sauf cas particulier…

http://files.biolovision.net/www.faune-guyane.fr/userfiles/Documentsdivers/modedemploi/pictosaisieprcise.gif- la saisie d’une observation précise : à privilégier, car elle permet de pointer précisément sur la carte le lieu de l’observation (et l’habitat utilisé par l’oiseau). Elle permet aussi de vérifier sur la carte que l’on a choisi le bon lieu-dit…

http://files.biolovision.net/www.faune-guyane.fr/userfiles/Documentsdivers/modedemploi/pictosaisieformulaire.gif- la saisie par liste complète ou « formulaire journalier » : le top du top ! Elle consiste à noter toutes les espèces contactées sur le site et sur un laps de temps défini par vous, pouvant aller de 5 minutes à 2 heures (limites recommandées). L’application mobile NaturaList est particulièrement adaptée à la saisie par liste, et facilite par ailleurs la localisation précise.

Les experts d’une trentaine de pays réunis l’année dernière sont unanimes : la saisie de listes est celle qui apporte le plus d’informations et qui permet les analyses les plus poussées. Elle présente en effet deux avantages :

1°) on connait l’effort (la durée) d’observation,

2°) toutes les espèces identifiées ont été notées, autrement dit une espèce non notée est une espèce absente dans le laps de temps d’observation. Et ça change tout !

Bien entendu, les observations saisies de manière classique restent utiles ! Mais chaque fois que vous observez sans trop vous déplacer pendant au moins 5 minutes, choisissez l’option « saisie par liste » ou par « formulaire journalier ».

La France est très en retard dans la compilation de listes complètes par rapport aux autres pays. En Guyane, un seul observateur utilise de manière régulière et depuis le début ce mode de saisie ! Alors, à l’heure des bonnes résolutions pour 2018, tous à nos listes !

Olivier Claessens, pour Faune-Guyane

d’après une actualité publiée sur Faune-France.org

 

Moucherolle pie (Fluvicola pica), Cayenne 07/01/2018 © G. Jacotot

posté par Olivier Claessens/gepog
 
mercredi 10 janvier 2018
Oiseaux
Publication : Océanite de Swinhoe

Le 5 juin dernier, nous vous annoncions la capture exceptionnelle d’un Océanite de Swinhoe (Oceanodroma monorhis) sur l’île du Grand Connétable, qui constituait la première donnée de cet oiseau pélagique pour l’Amérique du Sud (voir l’actualité du 5 juin 2017).

Une publication scientifique relatant cette découverte et détaillant les critères d’identification de l’espèce vient de sortir dans la revue Revista Brasileira de Ornitologia - Brazilian Journal of Ornithology. Cet article (en anglais, à télécharger ci-dessous) fait également la synthèse des autres observations d’Océanite de Swinhoe en dehors de son aire de nidification actuellement connue en mer Jaune et en mer du Japon et pose la question de l’origine de ces oiseaux.

Référence :

Flood R.L., Simon J., Tribot J. & K. Pineau 2017. A Swinhoe's Storm-petrel (Hydrobates monorhis) in French Guiana: the first record for South America. Revista Brasileira de Ornitologia 25(3): 227-231.

 

Océanite de Swinhoe (Oceanodroma monorhis), île du Grand Connétable 25/05/2017 © J. Tribot

posté par Olivier Claessens/gepog
 
jeudi 4 janvier 2018
2017 en quelques chiffres

Faune-Guyane en 2017, ce sont :

  • 848 observateurs inscrits, dont 145 nouveaux contributeurs ;
  • 80527 nouvelles données, soit une progression de 21 %, supérieure à celle des autres années !
  • dont 67134 observations d’oiseaux, 
  •          5723 observations de mammifères terrestres
  •          3649 observations d'amphibiens
  •          2233 observations de reptiles
  •            677 observations d’odonates (belle progression)
  •            499 observations de chiroptères
  •            361 observations de poissons et 270 observations de mammifères marins.

Au 31 décembre 2017, la base rassemblait 465 209 données. Chaque donnée contribue à améliorer nos connaissances sur la répartition, le statut, la phénologie et la biologie des espèces, pour une meilleure protection de la nature guyanaise. Merci à tous pour vos efforts et votre partage !

L’année 2018 s’annonce riche avec plusieurs nouveautés sur Faune-Guyane, dont nous nous ferons l’écho ici.

Toute l’équipe de Faune-Guyane vous souhaite d’excellentes observations naturalistes en 2018 !

 

Olivier Claessens, pour Faune-Guyane

 

Planiplax phoenicura, Saint-Laurent-du-Maroni, 01/10/2017 © G. Cantaloube

posté par Olivier Claessens/gepog
 
lundi 1 janvier 2018
Mammifères
La photo du mois de décembre

Le Pian à oreilles noires (Didelphis marsupialis) est une bête mal-aimée. Plus souvent vu sous forme de cadavre sur la route que dans son comportement, il est rare qu’il soit mis à l’honneur.

Cette photo du mois, prise par Jean-Claude Varlez, est donc une juste réparation envers un animal si proche de nous qu’il est trop souvent négligé, voire méprisé. Résistera-t-il à l’augmentation du trafic routier ? Saura-t-il s’adapter à l’urbanisation croissante de nos villes ?

On peut compter sur l’intelligence de ce marsupial opportuniste pour toujours tirer profit de l’homme. En attendant, ne nous y trompons pas… c’est lui qui nous surveille !

Olivier Claessens

 

Pian à oreilles noires (Didelphis marsupialis), Kourou 26/10/2017 © J.-C. Varlez

posté par Olivier Claessens/gepog
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 261

GEPOG : 15, Av. Pasteur / 97300 Cayenne. 05.94.29.46.96. association@gepog.org «VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune»
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2018